Le diabète de type 2

Qu’est-ce qui cause le diabète de type 2?
Pourquoi vos taux de sucre dans le sang sont-ils trop élevés?

Lorsque l’on mange des aliments, notre corps les reconnaît comme appartenant à 3 catégories que l’on appelle « macronutriments » :

  • les lipides (par exemple du beurre ou de l’huile d’olive)
  • les protéines (par exemple un filet de saumon ou un steak de bœuf)
  • les glucides (fruits, légumes, produits céréaliers, sucre, féculents, etc.)

Les lipides n’ont pratiquement aucun impact sur la glycémie.

Les protéines ont très peu d’impact sur la glycémie, si consommées en quantités raisonnables.

Les glucides, par contre, font augmenter les taux de sucre dans le sang. Les glucides sont du sucre.

Lorsque le corps perçoit que du sucre vient d’être consommé (que ce soit un fruit, un bagel, une cuillère de miel ou une boisson gazeuse), le pancréas se met à sécréter de l’insuline. C’est l’insuline qui permet de gérer le sucre et de le faire entrer dans les cellules du corps, comme source d’énergie. L’insuline est comme une clé qui permet d’ouvrir les cellules pour laisser rentrer le sucre.

Les problèmes surgissent, avec le temps, lorsque l’on consomme trop de glucides trop souvent, pendant trop longtemps. Les cellules n’ont pas besoin de toute cette énergie et elles se mettent à résister à l’insuline. Le pancréas, donc, doit travailler de plus en plus fort pour sécréter une plus grande quantité d’insuline, pour forcer les cellules et pour garder les taux de glycémie dans la normale. Mais les cellules vont résister de plus en plus. Elles sont pleines, elles ne veulent plus s’ouvrir pour accepter du glucose.

C’est ainsi que se développe la résistance à l’insuline. Si l’alimentation ne change pas (si la quantité de sucre ingérée ne baisse pas), la résistance à l’insuline finira, dans la majorité des cas, par engendrer le diabète de type 2. Comme les cellules ne répondront plus adéquatement à l’insuline, les taux de sucre dans le sang vont se mettre à augmenter anormalement.

Lorsque l’on diagnostique un diabète de type 2 par des glycémies anormales, il faut comprendre que le processus était en installation depuis longtemps.

La solution qui est habituellement proposée aux patients diabétiques de type 2 est de leur donner des médicaments qui vont aider à gérer tout le sucre que contient leur alimentation. Et quand une panoplie de médicaments ne sera plus suffisante, on offrira de l’insuline. De l’insuline pour traiter un problème de résistance à l’insuline, pour essayer de forcer encore davantage les cellules à accepter tout le sucre qu’on leur propose et dont elles n’ont pas besoin.

Et l’insuline, il faut le rappeler, est l’hormone du stockage. C’est l’hormone qui dit au corps que l’on est en période d’abondance et que l’on peut stocker des graisses, dans l’éventualité qu’une famine se présente. Le corps ne sait pas que la famine ne viendra jamais et qu’il n’est pas nécessaire d’entreposer des graisses. Le corps se fie sur des milliers d’années d’évolution. Il ne prend pas de chance. Il stocke.

C’est pourquoi les personnes diabétiques de type 2 mises sous insuline prennent du poids, et doivent en général augmenter leurs doses d’insuline avec le temps.

Une autre solution qui est de plus en plus considérée pour contrer le diabète de type 2, ou qui est déjà adoptée selon les pays, est la chirurgie bariatrique. On coupe un organe parfaitement sain, au cours d’une chirurgie à hauts risques. Bien avant qu’il y ait une perte de poids significative, le diabète est souvent renversé, car les glucides ne sont plus aussi bien absorbés.

Mais il existe une troisième solution, qui devrait occuper la première place de toute intervention auprès des personnes diabétiques, pré-diabétiques, résistantes à l’insuline ou en surpoids : changer l’alimentation pour diminuer les apports en sucre.

Trop de sucre = trop d’insuline = résistance à l’insuline = taux de sucre dans le sang qui augmente anormalement (diabète de type 2)

Moins de sucre = moins d’insuline = moins de résistance à l’insuline = renversement du diabète de type 2 (rémission) et perte de poids.

Cela vous semble logique? Et pourtant, cela est rarement expliqué aux patients. Cela est rarement la base du traitement.

À la Clinique Reversa, nous enseignons aux patients comment renverser naturellement leur diabète de type 2 et leur surpoids, sans produit spécial, sans supplément, sans chirurgie. Nous offrons un accompagnement médical et multidisciplinaire échelonné sur six mois.

Nous offrons un enseignement complet de plusieurs heures, puis des suivis réguliers d’abord aux deux semaines, puis une fois par mois. À la fin de notre programme de 6 mois, vous saurez comment manger pour le restant de vos jours pour ne plus être diabétique et ne plus jamais le redevenir. Nous vous offrons une solution à long terme pour retrouver votre santé et la conserver.

Est-ce que ça marche chez tout le monde?
Oui. Il n’y a pas de diabète de type 2 qui soit trop avancé ou installé depuis trop longtemps. Ça marche chez tous les diabétiques de type 2 car c’est physiologique.

Est-ce que je vais devoir acheter des aliments en poudre, des suppléments, des produits particuliers que vous vendez?
Non. Nous ne vendons rien et nous vous enseignerons, au contraire, comment manger le plus naturellement possible. Nous vous montrons comment manger pour le restant de vos jours.

Est-ce que mon épicerie me coûtera plus cher?
Non. Au contraire.

Pourquoi n’enseigne-t-on pas votre méthode dans les Centres d’enseignement du diabète?
Bonne question! Les Centres d’enseignement doivent suivre les lignes directrices canadiennes, lesquels ne semblent pas avoir été mises à jour pour inclure les plus récentes données scientifiques à l’heure actuelle. Nous sommes de nombreux médecins qui essayent de changer cette situation, mais cela prend du temps.

Considérez ceci : si quelqu’un/un livre/une méthode vous enseigne à manger d’une certaine façon qui fait en sorte que vous continuez toujours à prendre les mêmes doses de médicaments contre le diabète et même que vous devez augmenter vos doses ou nombre de médicaments, que vous ne perdez pas de poids, que vous avez faim après les repas et/ou entre les repas, et que vos autres marqueurs de santé (comme la tension artérielle et le bilan de cholestérol) ne s’améliorent pas, c’est que ce n’est pas la bonne alimentation pour vous.

Si vous n’aimez pas ce que vous mangez ou si c’est tellement compliqué et restrictif que vous n’êtes pas capable de maintenir cela à long terme, ce n’est pas la bonne alimentation pour vous.

Si vous n’obtenez pas de résultat et que l’on vous dit que c’est parce que vous devez manger moins et bouger plus, ce n’est pas la bonne alimentation pour vous. Le concept de réduire les calories et d’augmenter l’activité physique pour perdre du poids est un concept désuet réfuté maintes et maintes fois dans les études scientifiques. L’activité physique n’est PAS nécessaire à la perte de poids. Et si vous coupez trop vos calories, vous allez ralentir votre métabolisme.